header

Notre-Dame de Grandselve

granselve_1Entre Languedoc et Gascogne, en terroir lomagnol, au creux d'un vallon traversé par la rivière Nadasse, à mi-distance entre les bastides de Grenade-sur-Garonne et Beaumont-de-Lomagne dont elle fut la créatrice, se trouvent les restes de la plus grande abbaye cistercienne du Midi, l'abbaye Notre-Dame de Granselve (Grandis Sylva), au diocèse de Toulouse.

 

Sa création est antérieure à celle de Belleperche, sa proche voisine, distante de 20 kilomètres au nord ; toutes deux sont création du bienheureux Géraud de Sales.

Sur un fonds donné par Amélius, Evêque de Toulouse , Géraud envoya en 1114 quelques ermites défricher le sol pour le cultiver, autour d'un oratoire et les plaça sous l'autorité de l'Abbaye de Cadouin en Périgord, qu'il avait lui-même créée. Très prospère, Grandselve tenta rapide de se détacher de CADOUIN, à tel point qu'Amélius dut la rappeler à l'ordre à la demande du Pape Innocent II.
Mais en 1142, le second abbé de GRANDSELVE, le bienheureux Bertrand, remit à Saint-Bernard , venu prêcher en LANGUEDOC, son abbaye et demanda son affiliation à l'ordre cistercien qu'elle intégra en tant que fille de Clairvaux.

 

A sa mort, en 1150, il fut remplacé par Alexandre, qui eut l'honneur considérable d'être élu abbé de Citeaux, l'abbaye mère de l'Ordre ; son successeur, le bienheureux Pons de Polignac, fut lui-même promu Abbé de Clervaux (le siège de Saint-Bernard), puis Evêque de Clermont. Tous deux furent associés à des missions diplomatiques considérables de leur siècle.

GRANSELVE est mère de quatre abbayes :

 

  • FONTFROIDE (Fons Frigidus), diocèse de Narbonne, crée dès 1093 par Aymeric, Vicomte de Narbonne, qui l'affilia à l'ordre cistercien qui la déclara fille de GRANDSELVE ;
  • CALER (Calercium - 1148), au diocèse de TOULOUSE ;
  • CANDEIL (Candelium - 1152) au diocèse d'ALBI , sur une terre donnée par Raymond de Montaigut ;
  • SANTA CREUS (Santa Crucis - 1152), au diocèse de TARRAGONE, sur le Gaya, en Espagne

Sur ses possessions, elle créa deux importantes et prospères bastides : Beaumont-de-Lomagne, en 1279, et Grenade-sur-Garonne en 1290.

Dès 1281, elle avait crée sur ses possessions toulousaines le collège Saint-Bernard, consacré à l'enseignement de la théologie, qui forma des étudiants jusqu'à la Révolution française.


Fort bien administrée par ses Abbés successifs, l'abbaye de Granselve bénéficia d'une remarquable prospérité : ses possessions sont estimées à plus de 20.000 hectares de cultures diverses, répartis en 25 domaines (granges) exploités par des moines convers. Elle détenait deux chais à Bordeaux, ainsi que des biens immobiliers à PARIS et TOULOUSE, ainsi que la quasi - totalité du port de VERDUN-sur-GARONNE qu'elle avait développé pour le commerce de ses productions.

De dimension considérable, sur le modèle cistercien, cette abbaye avait une abbatiale, dont le modèle était influencé par Saint-Sernin de Toulouse, d'une longeur exceptionnelle de 100 mètres sur 20 mètres de large.


La loi du 13/02/1791 signa l'arrêt de mort de l'Abbaye, qui malgré l'opposition des élus et de la population locale, fut vendue en tant que bien national. Dès 1793, les premiers bâtiments furent abattus ; en 1803 ce fut au tour de la magnifique égalise abbatiale ; le dernier bâtiment à disparaître fut l'hôtellerie, en 1815.


Ce ce vaste ensemble, ne subsistent aujourd'hui que la porterie (qui remonterait à 1727), ornée d'un macaron, et un pigeonnier.

 

granselve_2granselve_3granselve_4

 

Par contre, une partie du Trésor de GRANDSELVE a pu être épargné et il peut être visité à l'Eglise de BOUILLAC.


Une association, « Les amis de l'Abbaye de Grandselve » s'attache à faire vivre et à perpétuer le souvenir de cette abbaye ; elle a mis en ligne un site web.

Depuis 2005, la communauté de communes pays de Garonne et Gascogne est propriétaire du site de 3 hectares. Elle s'est fixé trois objectifs :

 

  • obtenir le classement du site aux Monuments historiques pour s'assurer de sa sauvegarde;
  • entreprendre un travail historique et archéologique pour donner forme à l'abbaye;
  • mettre ce patrimoine culturel retrouvé à la portée du public.
 

Imprimer E-mail