header

L'art roman en Midi - Pyrénées

patrimoine56La région Midi-Pyrénées est riche de monuments romans d'exception, souvent classés au Patrimoine Mondial de l'Humanité par l'UNESCO, tant ils balisent des étapes clés dans la genèse de l'architecture et de la sculpture médievales, élevées par le génie humain vers des sommets artistiques uniques ; Saint-Pierre de Moissac, Saint-Pierre de Souillac, Notre-Dame de Conques, la Basilique Saint-Sernin de Toulouse, autant de haltes prestigieuses sur les Chemins de Saint-Jacques de Compostelle, qui fascinent encore aujourd'hui les touristes séduits par la foi transcendante dont ces oeuvres millénaires témoignent, dans la grâce, la simplicité et l'harmonie des proportions et des formes de l'art roman. 

La suite ...

Architecture monastique

abbey56Le développement de la vie monastique a très tôt rendu nécessaire la construction de bâtiments spécifiques ; dès la règle de saint Benoît, puis dans les textes établis par les cisterciens, est précisée la destination des divers édifices : 

La suite ...

Abbayes cisterciennes en Midi-Pyrénées (XIIe - XIIIe)

charte56cistercienDu fait des aléas ravageurs de l'histoire et  surtout des passions  humaines destructrices (guerre de Cent ans, guerres de Religion, institution de la Commende, désastreux effets de leur vente comme biens nationaux par  la révolution française), beaucoup de ces édifices construits pour isoler les moines du monde et leur permettre de vivre de travail et de prière ("ora et labora" selon le principe bénédictin) ont été abattus, démontés, revendus pierre après pierre pour le seul  enrichissement de spéculateurs qui ont laissé dans l'histoire le nom infâmant de "bande noire", contre lesquels dès 1825 s'élevait le jeune Victor Hugo dans un article célèbre intitulé "Guerre aux démolisseurs".

La suite ...

Filles de Cîteaux

charte56En 1098, lorsqu'il se retire du monde au fond d'un bois deshérité et marécageux nommé "Cistel" en Bourgogne, accompagné d'une vingtaine de moines de son abbaye bénédictine de Molesmes, sans aspiration autre que de mener une vie monastique fidèle jusqu'à l'intransigeance aux principes, selon lui bafoués, établis par la règle de Saint-Benoît, c'est-à-dire vivre dans l'ascétisme, le dépouillement, la pauvreté, le silence, l'isolement du monde, par la prière et le labeur manuel (seule forme de revenu acceptable), l'abbé bénédictin Robert de Molesmes, dans son infinie modestie, n'a pas vocation à créer un ordre monastique nouveau, et ne peut imaginer qu'il vient de donner naissance à  une fantastique épopée spirituelle qui va marquer de son empreinte les XIIe et XIIIe siècle européens, transcendée par la figure emblématique de Saint-Bernard (Bernard de Fontaine), son disciple le plus ardent, premier abbé de Clairvaux, avec le nom duquel les historiens qualifieront le XIIe siècle, dit " siècle de Saint-Bernard", et qui sera honoré bien après sa mort du prestigieux et dernier titre de docteur de l'église délivré par l'Eglise catholique. 

La suite ...